Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Erquy Plurien Environnement - EPE

Parc éolien en baie de Saint-Brieuc. L’année 2020 s’annonce décisive pour Ailes Marines

Parc éolien en baie de Saint-Brieuc. L’année 2020 s’annonce décisive pour Ailes Marines

L’entreprise maintient le cap de 2021 pour le lancement de la construction du parc éolien. Malgré l’opposition toujours vive du monde de la pêche en baie de Saint-Brieuc.

 

« On rentre enfin dans le concret et c’est extrêmement satisfaisant pour nous. Il y aura sûrement encore des surprises, mais on voit enfin une lumière au bout du tunnel. »

Emmanuel Rollin s’est montré souriant et confiant, lundi matin, lors d’une conférence de presse. Le directeur d’Ailes Marines faisait un point sur les avancées du projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc. Et notamment sur le volet industriel avec les usines à Brest et au Havre. « Nous confirmons le planning avec une phase de construction qui débutera en 2021 et une mise en service en 2023. Il n’y a aucun changement. »

Décision finale d’investissement en 2020

Sur les recours des opposants devant la justice, « principal facteur qui retarde le projet » dixit Emmanuel Rollin, deux ont été jugés fin 2019 par le Conseil d’État. Un dernier doit être tranché « durant le premier semestre 2020 ». Il concerne le changement de turbines par rapport au projet d’origine.

Ailes Marines est également concerné par un recours devant la justice européenne, « déposé par un collectif d’artisans-pêcheurs ». « Il concerne les six parcs français et pas seulement Saint-Brieuc », nuance Emmanuel Rollin. C’est l’aide d’État pour la construction de ces six parcs éoliens sur la façade ouest de la France qui est attaquée.

 

Lorsque la France a décidé, en 2011, de se lancer dans l’éolien offshore le coût de production de cette électricité était bien plus élevé qu’aujourd’hui. La différence entre le prix actuel (51 €/MWh) et le prix d’achat par l’État de l’électricité à Ailes Marines (155 €) est considérée comme une aide publique à l’industriel. Sur vingt ans, cette aide est estimée à 4,7 milliards d’euros. Au-delà, Ailes Marines vendra l’électricité au prix du marché.

« Au bout d’un moment, il va falloir y aller »

Mais Emmanuel Rollin est confiant sur ce recours. « Cette aide a été validée par l’Union européenne mi-2019. Ce n’est pas une décision qui a été prise sur un coin de table, elle est extrêmement robuste. Et surtout, ce recours n’est pas suspensif, il faudra vivre avec. Au point où on en est arrivés, avec des usines et des emplois à la clé… au bout d’un moment il va falloir y aller… »

Ailes Marines annonce toujours une décision finale d’investissement « au premier semestre 2020 ». « Cela prend une bonne tournure, une tendance positive se dessine », sourit le directeur. Un investissement de… 2,2 milliards d’euros. Aujourd’hui, le promoteur aurait déjà dépensé un peu plus de 100 millions d’euros en études et en fonctionnement pour ce projet depuis 2011.

De leur côté, les opposants de l’association Gardez les Caps restent sur leurs gardes. Ils n’imaginent pas le parc éolien se mettre en place dès l’an prochain, ni même les câbles qui le relieront jusqu’à un poste électrique à Hénansal. « Dès le premier coup de pelle, on déposera un recours en référé », nous confiait la présidente la semaine dernière…

Repères

L’implantation du parc éolien de la société Ailes Marines est prévue au milieu de la baie de Saint-Brieuc, à 16 km du cap Fréhel et 28 km de Bréhat. Il contiendra 62 éoliennes de 207 m de hauteur, soutenues par des fondations « jacket » et des pieux enfoncés dans le sol marin. « Avec 496 MW de capacité installée et 1 820 GWh de production annuelle, le projet a pour objectif de fournir l’équivalent de la consommation de 835 000 habitants (chauffage compris) », indique Ailes Marines.

 

SOURCE : Ouest France - 21 janvier 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article