Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Erquy Plurien Environnement - EPE

Article qui parle enfin des associations

Baie de Saint-Brieuc. Six associations « hostiles » au parc éolien interpellent Loïg Chesnais-Girard

L’Union du Penthièvre et de l’Emeraude pour l’Environnement et le Littoral (Upeel), opposée au projet de parc éolien, répond au communiqué du président du conseil régional dans une lettre ouverte.

Article qui parle enfin des associations

Le 14 mai, quelques jours avant la colère des pêcheurs en baie de Saint-Brieuc, le président du conseil régional appelait le promoteur Ailes Marines à « respecter ses engagements » (en termes de concertation) vis-à-vis de la filière. Mais il défendait aussi « un projet incontournable pour l’avenir énergétique de la Bretagne ». Six associations ont décidé de l’interpeller dans une lettre ouverte.

 

« Moins d’emplois créés que d’emplois détruits »

« Nous espérons que l’avenir énergétique de la Bretagne ne dépend pas de ce projet qui ne suffira à alimenter que 300 à 400 000 foyers, sans le chauffage (1) et à condition qu’il y ait suffisamment de vent, signe L’Union du Penthièvre et de l’Émeraude pour l’Environnement et le Littoral (Upeel), qui regroupe six associations locales (1). Quant à la « filière des énergies marines », vous êtes sans doute mal informé : même à l’échelle de notre pays cette filière promise depuis plus de dix ans s’est réduite comme peau de chagrin avec la disparition de Technip et d’Areva du groupement Ailes Marines. La Bretagne verra passer à Brest les fondations jackets construites en Espagne, le futur « port de maintenance » dont on ne sait toujours pas où il sera construit, ne verra que peu d’emplois locaux créés, en tout cas bien moins que d’emplois détruits dans la filière ancestrale de la pêche et de ses débouchés locaux par la construction du parc éolien ! »

 

« En réalité, les côtes françaises représentent un Eldorado pour les entreprises étrangères, poursuit l’Upeel. Jackets fabriquées en Espagne, câbles commandés par RTE à une entreprise norvégienne et fabriqués en Norvège et en Belgique, posés par la société norvégienne, turbines Siemens fabriquées en Allemagne… Il restera à la France un peu d’assemblage temporaire, la promesse de 250 emplois en CDD de 2 ans pour Brest qui aura investi 220 millions d’euros dans son port, de 750 emplois au Havre pour la fabrication des pales et l’assemblage des nacelles en contrepartie d’un engagement financier de 150 millions d’euros pour adapter son port. »

 

« Résolument hostiles à ce projet »

Loïg Chesnais-Girard évoquait une « validation unanime » pour ce projet en Bretagne. L’Upeel répond que lors de l’enquête publique, le commissaire a compté « 59,5 % d’avis défavorables au projet et ce chiffre monte à 64,4 % si l’on y ajoute les favorables avec réserve. »

 

 

« S’il s’agissait de sacrifier un espace aussi sensible pour une cause vitale pour notre pays, nous pourrions le comprendre. […] Nos associations ne refusent pas par principe l’utilisation de l’énergie éolienne (sur certains sites isolés, soumis à un vent régulier, l’exploitation de l’énergie éolienne peut en effet avoir sa pertinence) et encore moins des énergies renouvelables. […] Aujourd’hui nous ne pouvons qu’être résolument hostiles à ce projet de parc éolien aux conséquences massives et durables, à fort impact négatif sur le plan économique, sans intérêt sur le plan écologique, fondé sur une démarche idéologique […]. Il n’aura qu’une nuisibilité publique globale, non une utilité publique. Il faut renoncer à ce projet insensé de parc éolien (ou n’engager qu’une expérimentation très limitée) et investir dans d’autres techniques beaucoup plus prometteuses. »

(1) AVA Pléneuf-Val-André, Erquy Environnement, Bien Vivre à Plurien, Fréhel Environnement, Saint-Cast Nature Environnement, SDSLB (Lancieux, baie de Beaussais)

Source : Ouest France Bretagne, 24 mai 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article