Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Erquy Plurien Environnement - EPE

L'emploi dans l'éolien

L'emploi dans l'éolien
Ci-joint petits articles parus dans Ouest-France aujourd'hui à propos de la fermeture par Siemens d'une usine de fabrication de compresseurs au Havre, 300 emplois supprimés quand même....
C'est drôle, la taille de ces articles où l'on évoque à peine les projets éoliens, sauf pour dire que "ces personnes devraient être en partie redéployées sur l'usine d'éoliennes prévue dans la même ville" (admirez l'emploi du conditionnel) et "qu'une part des salariés concernés se verront aussi proposer un emploi sur le site de la centrale à gaz que Siemens doit construire pour Total Direct Energie à Landivisiau, Finistère" (tout près du Havre, donc).
De là à en déduire que cette centrale fait partie du même projet de création d'emplois que le parc éolien d'Iberdrola en baie de Saint Brieuc il n'y a qu'un pas. Ce qu'on ne nous avait pas dit c'est que les emplois promis consisteraient à recycler des emplois détruits par ailleurs.
 
Rappelons les promesses (qui n'engagent que ceux qui les croient, bien entendu) faites par Ailes Marines lors du Débat public en 2015 : 
 
"Pour le projet de St Brieuc, 2000 emplois directs mobilisés dans le Grand Ouest, dont un potentiel de 1000 en Bretagne :
  • 750 pour la fabrication des éoliennes et de leurs principaux composants (générateurs, nacelles...)
  • 110 pour la fabrication de composants d'éoliennes, potentiellement localisables en Bretagne,
  • 500 pour la conception et la fabrication des fondations à Brest et Saint-Nazaire,
  • 200 pour la conception et la fabrication de la sous-station électrique,
  • 300 pour la phase d'installation en mer,
  • 140 emplois liés à la maintenance du parc, localisés à Saint-Quay-Portrieux."
Remarquez l'introduction : "Pour le projet de Saint-Brieuc, 2000 emplois mobilisés..." (et non créés, il faut savoir lire !). En fait les 2000 emplois dont il est question ici étaient programmés pour l'ensemble des 6 parcs éoliens en France et on cherche encore à comprendre où sont ces emplois (la presse n'a pas l'air de se soucier de cela, tout fout le camp...y compris le journalisme, quand je pense que c'est le métier que je voulais faire avant de mal tourner !)
Par ailleurs les 750 emplois de la première ligne devaient être créés au Havre (et non recyclés)... quant aux autres, non seulement ils ont fondu comme neige au soleil (il n'y a plus à Brest qu'un stockage des jackets construits en Espagne) mais ce sont pour la plupart des emplois limités dans le temps ou des emplois "importés" (installation en mer réalisée par des spécialistes venus de l'étranger avec des équipements spécifiques comme des barges équipées de grues géantes,etc).
 
Mais comme dit Monsieur le Préfet (le quatrième à passer sur le projet) : "Le passé c'est le passé, moi, ce qui m'intéresse, c'est l'avenir". 
 
QUEL AVENIR ?
 
Bonne fin de journée dans le meilleur des mondes !
 
Jean-Marie Beaudlet

Siemens va fermer son atelier de compresseurs au Havre

Siemens Energy France a annoncé ce mardi 1er septembre 2020 son intention de fermer l’unité de fabrication de compresseurs Dresser Rand au Havre, où travaillent quelque 300 personnes qui devraient être en partie redéployées sur l’usine éolienne prévue dans la même ville.

Une part des salariés concernés se verront aussi proposer un emploi sur le site de la centrale à gaz que Siemens doit construire pour Total Direct Energie à Landivisiau (Finistère), a indiqué à l’AFP le président de Siemens Energy France, Samuel Morillon. Siemens avait racheté Dresser Rand en 2014.

 

D’autres, parmi les plus âgés, bénéficieraient d’un accompagnement au départ, selon ce plan présenté ce mardi 1er septembre 2020 aux représentants du personnel, baptisé « Le Havre transition énergétique 2022 », et qui serait appliqué au long de l’année 2021.

Cette usine Dresser Rand, firme américaine passée dans le giron de Siemens en 2014 mais en difficulté, fabrique des équipements de compression pour l’industrie pétrolière.

Ses salariés « seront privilégiés dans le processus de recrutement » de l’usine d’éoliennes offshore de Siemens Gamesa, dont le chantier vient de démarrer, indique Samuel Morillon.

 

 

Transition énergétique

Si l’atelier de fabrication ferme, le site même de Dresser Rand ne sera pas fermé, et conservera quelque 260 personnes pour des activités de services et de maintenance.

 

« Siemens Energy France veut peser dans la transition énergétique, et nous avons choisi ce site du Havre pour passer d’un monde à l’autre », explique Samuel Morillon.

Pour lui, il ne s’agit pas d’une fermeture mais d’un redéploiement des équipes, avec une volonté de « concertation » et de « prendre en compte les paramètres humains. Le marché du pétrole est volatil et imprévisible, et Dresser Rand rencontre des difficultés en France depuis plusieurs années ».

L’usine d’éoliennes (pales et assemblage de nacelles) que Siemens Gamesa développe au Havre pour une mise en service fin 2021 ou début 2022, doit, selon l’industriel, générer 750 emplois directs et indirects.

Source : Ouest France Normandie  1/09/2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article